Femmes

Pourquoi ne parle-t-on jamais du père de Marc Lépine?

Pourquoi dans l’affaire du meurtre de masse de 14 étudiantes de Polytechnique, survenue le 6 décembre 1989 à Montréal, n’a-t-on jamais parlé du père de “Marc Lépine”, de son vrai nom Gamil Garbi, qui s’appelait Gamil Liass Gharbi, Algérien d’origine et pourquoi, aussi, n’a-t-on jamais fait de lien entre ces meurtres et l’islam?

C’est exactement la question que j’ai soulevée depuis très longtemps. Quand on est élevé dans la haine des femmes issue de l’islam, certains cerveaux dérangés peuvent être influencés par cette idéologie qui se cache derrière une “religion” et se comporter de façon démentielle. C’est un vrai brut, qu’on a vu, qu’on voit et qu’on verra et je somme quiconque de prétendre le contraire. On tue, on égorge, on décapite au nom d’Allah.On l’a fait, on le fait et on va le faire, probablement de plus en plus dans l’avenir.

Dans l’affaire de Gamil Gharbi, la cause des causes ce n’est pas la haine des femmes. La haine des femmes est une conséquence, un symptôme de la discrimination et de l’infériorisation des femmes que l’on retrouve dans les trois grandes religions monothéistes (judaïsme, christianisme et islam) et plus particulièrement dans l’islam et le Coran où on trouve de nombreux versets prônant cette infériorité et cette discrimination dont, entre autres, le verset 34 de la Sourate 4 ou 92 (en ordre chronologique) qui se lit comme suit :

Les hommes s’élèvent au dessus des femmes parce que Dieu a favorisé certains par rapport à d’autres et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs fortunes. Les femmes vertueuses sont dévouées et gardent le secret que Dieu garde. Celles dont vous craignez la désaffection, exhortez-les, abandonnez-les dans les couches et FRAPPEZ-LES. Si elles vous obéissent, ne recherchez plus de voie contre elle. Dieu est très élevé et grand”.

                            Le Coran, version bilingue arabe-française, par Sami Awad Aldeeb Abu-Salieh, publié aux Éditions L’Aire, p. 455.

Quand on décortique ce texte – je suis juriste et décideur juridique depuis 42 ans – on constate ce qui suit :

1 – Les femmes sont inférieures aux hommes parce que Allah (Dieu) l’a voulu ainsi ;

2 – Elles sont aussi inférieures parce que les hommes sont plus riches – ils dépensent plus – donc il est normal que la femme soit inférieure au point de vue économique, donc dans un état de dépendance.

3 – Il suffit pour l’homme d’avoir une simple crainte – et non pas une preuve hors de tout doute raisonnable ou par prépondérance –

4 – que sa femme ne l’aime plus – (la désaffection) et non pas qu’elle lui est infidèle ou adultère ;

5 – pour passer à 3 actions successives: l’exhorter, ne plus coucher avec elle et la frapper (comment? Le texte ne le précise pas, donc le tout est ouvert).

6 – Si elle obéit, après avoir été frappée (comment?, on le sait pas), alors on la laisse tranquille ;

7 –  car Allah (Dieu), nous dit le Coran, est “très élevé et très grand”.

Moi. quand je lis cela je dis que Dieu (dans ce cas-ci sa version musulmane, Allah)- qui est un concept virtuel et abstrait dans ces 3 religions, soit dit en passant – est une ordure, un lâche et un salaud puisqu’il prône la discrimination sexuelle et qu’il se comporte de manière brutale et violente, avec des personnes qu’il prétend inférieures.

Mais, chut, il ne faut pas parler de cela, y compris dans le mouvement féministe, dans lequel pour certaines femmes – je dis certaines – c’est l’homme qui est responsable de par sa nature et non pas de ce qu’on lui a mis dans la tête depuis la plus tendre enfance.

Hippocrate disait qu’il fallait toujours chercher la cause des causes de la maladie. Eh bien, dans l’affaire de Mac Lépine, alias Gamil Gharbi, la cause des causes, elle est là, toute simple et personne ne veut la voir.

C’est exactement la même forme de raisonnement que l’on a fait lorsque 2 québécois islamisés ont passé à l’acte et ont tué des soldats canadiens à Saint-Jean d’Iberville et à Ottawa : ce sont des “dérangés mentaux”, des “fous furieux” des “loups solitaires” et cela n’a rien à voir avec l’islam, qui, nous-dit, est une religion de tolérance, d’amour et de paix, comme le judaïsme et le christianisme.

Autrement dit, on cherche nos clefs perdues sous un réverbère plutôt que dans la noirceur parce que c’est plus simple de le faire. Mais on ne les trouve jamais.

Certains me diront qu’on retrouve la même violence dans la Bible et que Paul de Tarse – le chrétien évangéliste – haïssait lui aussi les femmes et c’est exact, mais je réponds à cela que comparaison n’est pas raison et que de toute façon, on ne justifie pas la peste par le choléra.
 

Pierre Cloutier

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
Source:

LE SAVIEZ VOUS???

Cette année-là, Marc Lépine, de son vrai nom Mohamed Gamil Gharbi, venait d’avoir ses 25 ans le 26 octobre. Il portait le nom de famille de sa mère québécoise, Monique Lépine, depuis le divorce de ses parents, lorsqu’il avait 13 ans. Son père, Mohamed Rachid Liass Gharbi, était d’origine algérienne arabe musulman, un fait rarement
mentionné…pourquoi???

Le rapport du coroner ne parle pas de la famille Lépine, encore moins du père musulman violent qui ostracisait les femmes. Pourquoi???

Les parents étaient séparés. Dans les lettres qu’il a laissées, Gamil Gharbi (Marc Lépine) identifiait les féministes comme des ennemis à détruire car de par son éducation paternelle, contraire à l’Islam et il a généralisé toutes les femmes.

Pourquoi a-t’on caché ce fait???

Pendant les 13 premières années de sa vie, Gamil Gharbi (Marc Lépine) a été violemment endoctriné, programmé selon la doctrine islamiste par son père. Pourquoi a t’on caché ce fait???

Gharbi (Lépine) avait pourtant obtenu un permis d’armes à feu émis par la Sûreté du Québec, l’Autorisation d’Acquisition d’armes à feu (AAAF), un certificat obligatoire depuis le 1er janvier 1979 pour l’acquisition d’une arme à feu (en pratique, le permis n’était demandé que lors d’un achat chez un détaillant enregistré et l’arme était alors enregistrée au nom de l’acheteur; mais ces dossiers ont été perdus???). L’arme était une Ruger mini-14 calibre .223 à action semi-automatique. Ce calibre est idéal pour la chasse à la marmotte,
au coyote, au raton laveur. Gharbi avait trois chargeurs, deux d’une capacité de 30 coups et un de cinq coups. Mais une fille a été tuée de 3 coups de couteau (lame de 15 cm), après avoir été blessée par balle. Lépine a laissé 60 cartouches inutilisées. Toutefois, écrit la coroner, ces meurtres auraient pu être perpétrés au moyen d’autres armes de chasse et Gharbi (Lépine) a tiré plusieurs coups sans atteindre une cible. Mauvais tireur, heureusement.

Gharbi a été décrit comme étant peu communicatif, replié sur lui-même, sauf lorsqu’il parlait d’ordinateurs et d’informatique (un trait commun avec les deux meurtriers de Columbine). Il paraissait insensible, indifférent aux émotions, un des traits caractéristiques de son père violent musulman. L’évaluation psychiatrique parle d’une personne suicidaire, les homicides étant la manifestation élargie de sa volonté de suicide. Ceci caractérise une personne ayant des problèmes graves de personnalité, mais nulle part on ne mentionne l’influence par l’éducation islamiste du père musulman. Gharbi était sans emploi depuis septembre 1988. À l’automne 1986, il est admis à Poly à condition qu’il complète deux cours jugés essentiels. Il en complète au moins un au cours de l’hiver 88/89. Gharbi s’était familiarisé avec Poly. Il y a fait plusieurs visites dès 1985, mais surtout d’octobre 89 jusqu’à la veille des événements, le 5 décembre. La coroner ne dit pas si Gharbi s’est vu refusé l’admission à Poly et qu’elles étaient ses relations avec le personnel.
Pourquoi cette enquête incomplète???

Bref, un rapport du coroner incomplet, des rapports de psychiatres falsifiés, voilant son éducation islamiste en bas âge, comme si dans notre société bien pensante et non imputable, on voulait masquer la vérité.

A la lumière de ces faits, d’après vous, quelle vérité on veut cacher???? Bonne question !!!

( A la mémoire de toutes les femmes tuées par la main de l’Islam. )

Comments are closed.