Immigration

Sami Aldeeb: L’émigration dans l’Islam

Je prépare actuellement un ouvrage sur l’émigration (Hijrah) dans l’islam. Je vous en donne ici l’introduction.

Selon la tradition musulmane, en 622, Mahomet a émigré (hajara) de la Mecque avec une poignée de ses compagnons pour se rendre à Médine. C’est le début du calendrier hégire de l’islam. De Médine il fait appel au restant de ses adeptes à la Mecque pour qu’ils fassent le même geste en émigrant vers la Médine. Ceux qui ont répondu à son appel ont été nommés al-muhajirun (les émigrants). En 630, deux ans avant sa mort, Mahomet se dirigea vers la Mecque à la tête de dix-mille combattants, l’a conquise et y a détruit les 360 idoles qui trônaient dans et autour de la Kaaba, bannissant ainsi le polythéisme, et mettant fin à l’émigration de la Mecque vers la Médine. On rapporte de Mahomet ce récit: “Point d’émigration après la conquête” (لا هجرة بعد الفتح). Ce récit doit être compris dans le sens de l’émigration de la Mecque vers la Médine. En effet, un autre récit dit: “L’émigration ne prendra jamais fin tant qu’il y ait le jihad” (الهجرة لا تنقطع ما كان الجهاد).

L’émigration du pays de la mécréance vers Dar al-islam a été prônée tout au long de l’histoire, et une véritable théorie de la migration a été développée par les juristes musulmans. Cette émigration concerne aussi bien les vivants que les morts. Ainsi des musulmans morts en Occident, considéré comme Dar al-kufr (Terre de mécréance), sont rapatriés dans leurs pays d’origine pour y être enterrés. Ne pouvant pas faire l’émigration durant leur vie, ils la font après leur mort.

Sayyid Qutb (pendu en 1966), maître à pensée des islamistes égyptiens, précise dans son commentaire du verset H-88/8:72 que l’émigration était exigée du musulman jusqu’au jour où la Mecque a été ouverte. Lorsque l’ensemble de l’Arabie a été soumis à l’Islam, le musulman ne devait plus émigrer, puisqu’il se trouvait désormais en pays d’Islam. Aujourd’hui cependant la Terre est revenue à la gahiliyyah (situation avant l’islam) et le pouvoir n’est plus celui de Dieu mais celui du Taghout (le tyran, le diable). Il s’agit d’une nouvelle étape pour l’Islam et d’une réhabilitation de la division dar al-islam / dar higrah (pays dont il faut émigrer). Cette étape durera jusqu’à ce que l’Islam s’étende de nouveau et qu’il n’y ait plus d’émigration[1]. Sur la base de cette théorie, des groupes musulmans extrémistes considèrent leurs propres pays comme étant dar kufr, préconisant d’en émigrer, de se retirer dans les montagnes et de préparer la conquête de ces pays comme l’avait fait Mahomet avec la Mecque. C’est d’ailleurs le nom donné par la police égyptienne à l’un de ces groupes: al-takfir wal-higrah (anathème et émigration). Le vrai nom de ce groupe est al-jama’ah al-islamiyyah (le groupe musulman), ce qui signifie que les autres ne seraient pas des musulmans.

En 2015, la revue Dar al-islam publiée par Daesh a lancé en français, versets coraniques et récits de Mahomet à l’appui, un appel aux musulmans vivant en Occident pour qu’ils émigrent pour rejoindre ses rangs. Nous publions l’intégralité de cet appel dans l’annexe de cet ouvrage. Daesh affirme dans cet appel:

L’émigration est l’application pratique de la croyance de l’alliance et du désaveu qui est elle-même la réalité du Tawhîd. Mais la Hidjrah est aussi une nécessité pour le musulman pour qu’il ne vive pas au milieu des nations injustes qui désobéissent à leur Seigneur et encourent ainsi Sa colère. Car le fait de vivre avec les injustes et d’être témoin de leur mécréance; de leurs péchés mortels, de leur fornication, de leur adultère, de leur homosexualité sans ne rien faire, sans interdire le mal tout cela expose au châtiment du Très-Haut.

En même temps Daesh menace l’Occident de vague d’émigrants dont il organise et gère les départs des pays musulmans vers l’Europe[2]. Les autorités occidentales craignent que Daesh profite de l’afflux de migrants pour infiltrer des combattants en Europe[3].

Cet ouvrage vise à mieux comprendre ce phénomène de l’émigration et ses conséquences en présentant ce qu’en disent le Coran, la Sunnah de Mahomet, les exégètes du Coran à travers les siècles et les juristes anciens et modernes. On y verra comment les musulmans d’aujourd’hui, notamment ceux du monde arabe, perçoivent et vivent l’émigration et dans quelle mesure leur vision et leur attitude sont influencées par le droit musulman classique basé sur le Coran et la Sunnah de Mahomet.

Cet ouvrage fait partie d’une série de livres (http://goo.gl/RyX0a5) qui s’attardent sur l’interprétation de versets problématiques du Coran à travers les siècles, livres disponibles gratuitement en version pdf et peuvent être commandés en version papier auprès d’Amazon, comme mes autres ouvrages.

Cet ouvrage est divisé en deux parties.

  • La première partie relève les versets relatifs à l’émigration, leur contexte (ou les circonstances de leur révélation), le sens donné par les exégètes, la position des juristes la concernant et ses conséquences passées et actuelles.
  • La deuxième partie reproduit les textes des exégètes concernant les versets relatifs à l’émigration depuis les premiers siècles de l’islam jusqu’à ce jour, avec une traduction sommaire, voire littérale de ces textes.

[1] Sayyid Qutb: Fi dhilal al-Qur’an, vol. III, p. 1560.

[2] Voir cet article : L’État islamique menace d’envoyer 500.000 migrants en Europe depuis la Libye : https://goo.gl/t9k0Dy

[3] Voir cet article : L’Etat Islamique profite-t-il de l’afflux de migrants pour infiltrer des combattants en Europe ? https://goo.gl/xvz3oW

 

Sami Aldeeb, Professeur des universités
Directeur du Centre de droit arabe et musulman
Traducteur du Coran en français et auteur de nombreux ouvrages

Ma traduction française papier du Coran par ordre chronologique Amazon https://goo.gl/wIXhhN
Édition arabe gratuite par ordre chronologique http://goo.gl/JpqIST
Édition arabe papier par ordre chronologique Amazon https://goo.gl/nKsJT4

 

Comments are closed.