Immigration

Le chef du parti musulman néerlandais déclare aux Néerlandais de quitter leur pays s’ils n’aiment pas la diversité culturelle.

Source

Tunahan Kuzu, le leader politique du parti DENK aux Pays-Bas, a suscité de sérieuses controverses, a rapporté la chaîne de télévision néerlandaise NOS.

“S’ils n’aiment pas les Pays-Bas en mutation dans lesquels vivent des personnes ayant des cultures différentes… comme dans la ville de Zaandam ou dans le quartier de Poelenburg, ils devraient fiche le camp” (Nd Schwarze Rose : “oprotten dans le texte), déclare Kuzu dans une interview.

Le parti DENK de Tunahan Kuzu est un parti controversé qui se développe rapidement dans les zones urbaines néerlandaises. Il fonctionne particulièrement bien dans les zones à forte population musulmane, par exemple dans l’ouest d’Amsterdam (Amsterdam Nieuw-West).

Lors des dernières élections nationales néerlandaises, en mars 2017, DENK a remporté trois sièges, récoltant près de 200 000 voix. Un an plus tard, lors des élections municipales, le parti était de loin le plus important d’Amsterdam Nieuw-West et balayait certains partis traditionnels de gauche .

DENK a été fondé en février 2015 par deux anciens membres turcs du parti travailliste (PVDA, socialiste): Tunahan Kuzu et Selçuk Öztürk. Tous deux étaient en désaccord avec la politique d’intégration du parti.

Au cours de la dernière réunion avec leur ancien parti PVDA, Selçuk Öztürk a même déclaré lors d’une dispute: “Qu’Allah vous punisse!”

Certains médias néerlandais affirment que DENK porte une signature pro-Erdogan. Par exemple, DENK était le seul parti du parlement néerlandais qui ne voulait pas reconnaître le génocide arménien.

 

Source Source2 Source3

Traduction libre Schwarze Rose pour Les Observateurs.ch

Comments are closed.